4 janvier 2021

Résultats de l’enquête 2019

RAPPORT 2019

(Extrait du rapport 2019)

INTRODUCTION

En apportant un éclairage sur les conditions de vie, plus particulièrement sur les aspects de sécurité, des Franciliens, l’enquête Victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France contribue à une meilleure connaissance des attentes et besoins des habitants de la région.

Menée auprès de 10 500 Franciliens âgés de 15 ans et plus, l’enquête s’avère être une source particulièrement riche d’informations.

  • Comment les Franciliens perçoivent-ils leur quartier ? 
  • Ont-ils été victimes d’atteintes les visant personnellement ou de la spoliation ou de la dégradation d’un bien appartenant à leur ménage? 
  • Leur arrive-il d’avoir peur ? 
  • Où ? 
  • Des évolutions ressortent-elles au fil du temps ? Des populations (les femmes, les jeunes, etc.), des types d’espaces ou de territoires (habitat social, périurbain, etc.) sont-ils plus concernés ? 
  • Et quelles relations les populations entretiennent-elles avec les représentants des forces de l’ordre ?

Ce sont autant d’éléments qui vont aider les acteurs concernés par
l’élaboration de solutions pour améliorer la sécurité des Franciliens à mieux adapter leurs réponses. La perception de la sécurité ne se restreint pas aux seuls actes commis (vols, agressions, atteintes aux véhicules, etc.).

Le sentiment d’insécurité est aussi une dimension à prendre en compte et qui peut impacter lourdement le quotidien des Franciliens, notamment en matière de mobilité et d’utilisation de l’espace public. Et parce qu’il peut être déclenché par une diversité de facteurs, notamment ceux ayant trait au contexte environnemental, il interpelle différents types d’acteurs, y compris ceux du domaine de l’aménagement et de l’urbanisme.

Début 2019, les Franciliens se sont exprimés pour la dixième fois sur l’insécurité, réelle ou ressentie, à laquelle ils sont confrontés. L’enquête, financée par le Conseil Régional d’Île-de-France, est reconduite tous les deux ans depuis 2001. Elle vise à mesurer le sentiment d’insécurité et les atteintes dont la population francilienne est victime et à en suivre les évolutions au fil du temps. Elle complète ainsi les statistiques officielles de la délinquance enregistrée par les services de police et de gendarmerie nationales. Instruments reconnus et utilisés depuis longtemps à l’étranger, tant à des échelles nationales (États-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas…) que locales, les enquêtes de victimation s’avèrent indispensables à la connaissance des phénomènes d’insécurité.

Pionnière en la matière, l’enquête Victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France reste la seule en France réalisée à l’échelle d’un territoire régional. L’importance de l’échantillon de population interrogée permet de disposer d’indicateurs précis jusqu’à l’échelle départementale. Par son ancienneté, sa constance (même questionnaire et même mode de recueil au fil des enquêtes), la taille et la représentativité de son échantillon, cette enquête fait référence.

QUELQUES CHIFFRES

Le sentiment d’insécurité11 a augmenté en 2019, touchant 53,4 % des Franciliens, contre 50,6 % deux ans plus tôt. Pour autant, il conserve un niveau relativement bas par rapport à ceux observés avant 2017.

Évolution de la proportion d’enquêtés concernés par un sentiment d’insécurité

© L’Institut Paris Region 2020
Sources : enquêtes Victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France 2001 à 2019, L’Institut Paris Région.

Consulter les résultats complets pour l’année 2019 publié en décembre 2020.

 

%d blogueurs aiment cette page :